Pourquoi le coaching de dirigeant est inutile… ou pas !

Certains clichés ont la vie dure. Celui du chef d’entreprise super puissant, qui relève seul tous les défis pour ne pas perdre la face devant ses équipes, est de ceux-ci. Dans ce contexte, le recours au coaching de dirigeant apparaît comme un aveu de faiblesse voire une perte de temps pour l’organisation et son leader. Le coaching est pourtant un outil précieux qui favorise la confiance de vos collaborateurs et vous permet d’atteindre vos objectifs. Eskys Coaching peut vous l’affirmer : l’ère du héros solitaire est révolue, vive le dirigeant accompagné et connecté ! Nous vous le prouvons par le démenti de ces préjugés courants. 

Une demande de coaching de dirigeant est un signe de faiblesse

Le dirigeant « super héros » affiche une confiance inébranlable construite sur son expérience professionnelle et ses réussites. Il apparaît toujours en contrôle, s’appuyant sur un « super comité de direction » à son image où l’on se dit tout (ou presque). Dans ces conditions, nul besoin d’une aide extérieure !

Elle remet en cause mon leadership

On entendra ici par « dirigeant » tout responsable dont l’action pèse sur les décisions clefs de l’entreprise. Le terme désigne donc un leader qui exerce une influence au-delà de son rôle hiérarchique.

Or, il est un écueil courant de croire que celui qui dirige et inspire autrui doit pouvoir se débrouiller tout seul. Car faire appel à quelqu’un pour affiner son leadership ne signifie pas que l’on en manque au départ ! Le monde du travail, les attentes des salariés, la vie de l’entreprise évoluent – et la vision du leader aussi. Le dispositif de coaching offre un espace pour explorer ses réflexions, clarifier ses décisions, et surtout se reconnecter à ses valeurs et aspirations. Par son écoute réflexive, son questionnement affuté et direct, le coach se pose en sparring partner et stimule les ressources et la créativité du coaché.

Elle diminue la confiance des équipes à mon égard

De nouveau, solliciter une aide extérieure ne signifie pas que l’on est fragile et indigne de confiance. Vos collaborateurs seront même rassurés que leur leader ne reste pas seul face à ses difficultés. Ils y verront une preuve d’engagement et de curiosité. Votre rôle est de construire et conduire les transformations nécessaires à l’entreprise ; ils seront sensibles à votre capacité à changer vous-même.

En réalité, le travail de coaching vise précisément à renforcer la confiance que l’on vous porte. En tant que dirigeant, vous êtes observé en permanence. Vos partenaires et collègues sont attentifs à vos réactions, à vos émotions, aux mots que vous employez. La congruence de vos paroles et de vos actes est essentielle, différenciante à court, moyen et long terme. Ainsi, les outils du coach vous aident à rester aligné. Ils améliorent votre impact dans les champs de la prise de décision, de la communication, des relations humaines, etc.

Bénéficier d’un coaching ne fragilise donc pas le dirigeant, au contraire : cela concourt à renforcer les aptitudes relationnelles et le développement du leadership.

👥 Découvrez aussi nos prestations de coaching d’équipe en Pays de la Loire.

L’accompagnement individuel est une perte de temps

C’est bien connu : le dirigeant se doit d’être occupé, très occupé. Il porte la responsabilité de toute l’entreprise et est donc sans cesse sollicité par les différentes parties prenantes. Pour ne pas être dépassé ou mis hors-jeu, il se doit d’être sur tous les fronts… alors, il n’a pas le temps pour un programme de coaching.

Je ne vais pas au travail pour faire une thérapie

Cette idée reçue souffre de la confusion entre coaching, développement personnel et psychothérapie. Soyons claire : le coach n’est pas un praticien en santé mentale. Il vous interroge sur vos émotions, vos aspirations, mais toujours en lien avec des situations professionnelles, ici et maintenant. Son rôle est de vous aider à mobiliser vos ressources pour atteindre vos objectifs et ceux de votre entreprise.

Cela dit, le coaching de dirigeant implique une démarche de connaissance de soi, de ses besoins et motivations. C’est stratégique ! Le dirigeant est la première ressource de l’entreprise. En somme, lorsque le dirigeant investit en lui, il investit dans son organisation. Or, le mythe du « super héros » peut entraîner de l’épuisement voire un burn-out. Prendre soin de soi, de son équilibre professionnel et personnel, être où il faut quand il faut (et non partout à la fois) participent d’une posture adaptée.

Les soft skills, c’est bien gentil, mais elles n’améliorent pas la performance

Le coach de dirigeant intervient dans le domaine des savoir-être : intelligence émotionnelle, prise de parole, gestion de conflits… Pour certains managers et dirigeants, travailler sur ces « compétences douces » serait une perte de temps, car elles ne semblent pas avoir de lien concret avec les situations professionnelles. 

Dans un monde en constante évolution, ces soft skills sont pourtant essentielles. Avant tout, le dirigeant est un homme, une femme confronté(e) à des situations complexes et de plus en plus inédites. Il doit faire preuve d’aisance relationnelle pour faire avancer ses équipes. L’écoute active, la capacité à fédérer, l’adaptabilité sont aujourd’hui les principales qualités recherchées chez un leader.

Quelques situations concrètes pour lesquelles le coaching peut être utile au dirigeant :

  • Une prise de poste au sein d’une organisation connue (posture, interactions à réinventer) ou d’une entreprise différente (nouvelle culture) ;
  • Une transformation d’organisation à conduire (vision à défendre à l’extérieur + engagement des collaborateurs à maintenir en interne) ;
  • Une envie d’affiner ses compétences en leadership ;
  • Un besoin de prendre soin de soi (équilibre vie pro/vie privée, gestion du temps, de son énergie…).

Le coach de dirigeant ne comprend pas les attentes de mon milieu professionnel

Enfin, certains leaders préfèrent échanger entre pairs plutôt que d’avoir recours au service d’un coach. L’un n’exclut pas l’autre, les 2 démarches peuvent même être complémentaires. Au sein d’Eskys Coaching, nous accompagnons dirigeants et équipes avec succès depuis 2011 ! Nous vous expliquons pourquoi notre regard extérieur constitue un atout pour vous.

Il n’a pas les compétences techniques de mon métier

En effet, celles-ci n’appartiennent qu’à vous. Mais si le coach peut intervenir dans tous les secteurs d’activité – banque, transport de fret, enseignement supérieur… – c’est parce que ses compétences sont transversales. Son expertise porte sur des enjeux humains, relationnels et systémiques qui se rejouent dans tous les domaines.

Extérieur à l’entreprise, il n’en saisit pas les enjeux

Cette marginalité est plutôt un avantage. Le coach offre au dirigeant un espace de réflexion neuf, non biaisé, pour aborder les situations sous un angle de vue différent. Le dirigeant coaché peut ainsi sortir d’impasses décisionnelles, réorienter ses choix, etc.

Le coaching de dirigeant ne peut pas s’adapter à mes contraintes 

Le coach s’engage à une disponibilité totale pour les sujets importants et urgents. Il propose des outils pragmatiques (par exemple, le bilan 360°) et spécifiques (utilisation des métaphores, etc.), mobilisables rapidement. 

L’accompagnement professionnel est un partenariat : les parties construisent ensemble les modalités des séances de coaching. Le moment choisi et le rythme défini sont importants pour un parcours réussi. 

Généralement, le dirigeant sollicite le coach dans 2 contextes (les 2 dynamiques de travail sont compatibles) :

  • pour travailler sur un sujet précis à un moment précis (séances rapprochées sur quelques mois) ;
  • pour un accompagnement plus en profondeur, lors d’une période de vie professionnelle ou personnelle invitant le dirigeant à se réaligner, à réinventer sa place (durée de 12 à 18 mois, fréquence des séances à définir ensemble).

Le coaching repose également sur une rencontre entre 2 individus – le coach et le professionnel coaché. Une certaine alchimie est nécessaire pour que l’accompagnement fonctionne. Un ou plusieurs temps d’échange, de découverte et de prise de contexte précèdent donc le début du programme. Ces entretiens servent à établir la relation et à poser le cadre du coaching.

Notre dernier conseil pour un coaching fructueux ? L’engagement volontaire du dirigeant. Sa motivation et son ouverture d’esprit sont gages de réussite. Nous espérons donc vous avoir convaincu des bénéfices du coaching !

📆 Eskys Coaching de dirigeants à Nantes : prenez RDV dans mon agenda.

Ainsi, le coaching de dirigeant n’a rien d’accessoire. C’est un véritable outil qui favorise votre performance au travail et votre épanouissement professionnel.

Dirigeant(e), aujourd’hui, quel est votre besoin ? Et si nous en échangions ensemble ?

Pour aller plus loin : bibliographie

CHOAIN Laurent et ALVAREZ Guillaume. « Le coaching de dirigeant… par les dirigeants ? », dans Harvard Business Review France, 2021, consultable ici.

CLOËT Héloïse et BOURNOIS Frank, « Cartographie de la valeur ajoutée du coaching », dans Revue de gestion des ressources humaines 2011/1 (n° 79), p. 4-23, consultable ici.

VIALA Céline, BARABEL Michel et MEIER Olivier. « Coachs et coaching au service de la performance », dans L’Expansion Management Review 2009/3 (n° 134), p. 20-29, consultable ici.

Article rédigé avec la collaboration de Sarah Waroquet.

Partager cet article :

X
LinkedIn
Picture of par Elisabeth Serrano
par Elisabeth Serrano

Fondatrice d'Eskys, Elisabeth accompagne les leaders et leurs équipes dans dans l’organisation et la gouvernance des changements qu’ils ont à opérer.